Vous avez remarqué que je me suis bien gardé de parler de DSK ici. Tout le monde l'a fait, avec plus ou moins de talent, et le plus souvent sans information. Je me contenterai d'analyser à ma manière le bordel que ça a foutu au PS, aussi bien au niveau des candidats pour la primaire que chez les militants et blogueurs PS qui ne savent plus à quel saint se vouer.

DSK est out, c'est un fait, et les seconds couteaux sont à l'affût. Au premier rang desquels, Aubry, Hollande, Royal et Montebourg. Aubry venait à peine de dire qu'elle n'était pas intéressée et la voilà obligée de revoir sa position. Remarquez, elle est coutumière du fait, puisqu'elle est semble-t-il revenue sur ses déclarations qui encourageaient la promotion de Lagarde au FMI. Hollande qui n'avait à peu près rien à dire pour se différencier de DSK se retrouve avec un boulevard devant lui. Royal reste à peu près inaudible (par choix ?) pour l'instant. Montebourg continue de proposer une sixième république un peu plus couillue que les trois autres, mais ses manières de dandy le desservent franchement.

Plus amusante est la déroute des médias : le monde idyllique qu'ils s'étaient escrimés à créer depuis près de cinq ans s'écroulent sous leur pied. Ils n'auront pas leur finale DSK / Sarkozy, bonnet blanc contre blanc bonnet, un bon vieux duel gauche contre droite où rien ne change vraiment, où les chroniqueurs sont bien à l'aise et où l'on peut s'amuser des guéguerres du PS autant que de la beaufitude de l'UMP. L'élection présidentielle en France, c'est un peu comme ces séries américaines qui empilent les saisons sans changer les acteurs ni le fil conducteur. À la fin, ça ne veut plus rien dire, des gens qui sont aux affaires depuis vingt ans ou trente ans, qui n'ont fait que faire perdurer un système moribond, suicidaire, anxiogène, sont invités par les mêmes journalistes pour proposer de fausses nouveautés qu'ils n'ont pas été foutues d'appliquer pendant leur exercice du pouvoir.
On voit des Jack Lang et des Laurent Fabius aux micros des Duhamel et Elkabbach, ils disent, les uns et les autres, précisément les mêmes conneries auxquels plus personne n'a la faiblesse de croire. Et on finira par les voir s'étonner de l'abstention et s'inquiéter de la montée du FN le soir de l'élection. C'est le festival de la marmotte d'un jour sans fin.

Ce qui m'attriste en revanche, c'est l'attitude des blogueurs PS. C'est pathétique. Il y a ceux, comme Gérard Filoche, qui appellent de leurs vœux une "candidature unique à gauche", seule façon de faire barrage à Sarkozy et Lepen. Mais si l'on gratte un peu, on se rend compte qu'ils souhaitent d'abord et avant tout une candidature unique de LEUR candidat, celui qu'ils ont choisi et qui est forcément le meilleur compromis. Pour Gérard Filoche, c'est Martine Aubry. Quand, il y a quelques semaines, elle a laissé entendre qu'elle se rangeait derrière DSK, Filoche ne savait plus comment se sortir de son appel à l'unité à gauche. L'unité, c'est bien, mais derrière DSK, faut quand même pas déconner !
Il subsiste aussi quelques Royalistes, qui, eux aussi, s'accrochent à leur candidate fétiche comme les moules à leur rocher. À ma façon, j'ai soutenu Royal en 2007, et j'ai même cru en sa démocratie participative, un temps, je ne leur jette donc pas la pierre, enfin pas trop fort.
Le plus visible de ces blogs-là est sans doute Intox2007 qui, comme son nom l'indique, est resté bloqué sur l'année de la grande défaite. Pour continuer d'exister, il en est réduit à taper sur tout ce qui pourrait faire de l'ombre aux idées vieilles de cinq ans qu'il continue de défendre sur le blog. Et ce qui fait de l'ombre au PS aujourd'hui, c'est... à peu près tout, de Mélenchon à Hulot en passant par toutes les idées un peu jeunes, un peu neuves, peu importe qui les soutient.

Par exemple, les jeunes espagnols se révoltent, les socialistes locaux se prennent une claque, et une poignée de français se disent qu'ils pourraient faire la même chose. Non pas dans le but d'enfoncer encore plus notre PS à nous dans sa mouise, mais pour essayer de construire un truc un peu différent, une sorte d'utopie. Alors bien sûr, on en est aux balbutiements, on est encore loin de parler de révolution, de renverser le gouvernement, de masse critique de citoyens qui s'élèvent contre la barbarie du système. Quelques villes, quelques manifestants pacifistes et calmes, ils discutent entre eux, et font un peu de tapage sur le net sous le tag #frenchrevolution.
Intox2007 s'en moque gaiement oubliant sans doute tous les ratés de la campagne de Royal, les idées farfelues, les sites web participatifs desquels pas grand chose n'est sorti...

Je trouve ça assez affligeant, comme je trouve affligeants tous les gens de gauche qui semblent comme orphelins depuis l'arrestation de DSK. Sans déconner, vous ne vous étiez pas rendus compte de la mort du PS avant ? Vous attendez quoi pour changer de cheval ?