Plus je lis les blogs qui me sont chers, plus j'écoute les actualités, plus je réfléchis, et plus je me dis que cette fois, ça y est, il faut se mettre les mains dans le cambouis et s'engager pour de vrai dans le combat du changement de société.

Ça transpire et ça suinte de partout, un article sur deux de Tristan Nitot en parle comme s'il avait pris lui aussi de bonnes résolutions, les voeux de Jancovici montrent son impatience (même si je ne suis pas toujours d'accord avec lui), les records de consommation électriques s'enchaînent, et pourtant la réponse politique est inexistante, voire contreproductive...
Alors il faut qu'on se retrousse les manches, et il faut qu'on agisse, d'une façon ou d'une autre, pour que tout le monde, et principalement le monde politique, prenne conscience des véritables causes des crises économiques et climatiques qui nous attendent.

Comme je le dis de plus en plus ces temps-ci, je suis persuadé que les politiciens n'ont ni conscience du problème, ni même la possibilité technique de faire quelque chose à leur niveau. Aujourd'hui, le monde est gouverné par les échanges marchands, et les médias.

Les échanges marchands, nous en sommes à la base. C'est nous, individus, qui consommons. Et, que je sache, personne ne nous met un flingue dans le dos pour aller pousser notre caddie au supermarché. On a encore le choix de ce qu'on achète. Même si, évidemment, l'offre ne correspond pas toujours à notre demande, d'une part, et d'autre part, la publicité déforme nos propres besoins pour les faire rentrer dans un modèle surconsommateur. Là, il faut du courage et de la volonté, et s'efforcer de ne pas "craquer" devant le moindre gadget ou le renouvellement inutile d'un produit de consommation courante. Soyons forts !

Les médias, c'est plus compliqué. La plupart sont à la solde des grands groupes industriels. Et tous ou presque sont soumis à la course à l'audience, donc tentés de nous abrutir pour mieux nous fidéliser. A partir de là, la solution est évidente : internet. Sur internet, les médias, c'est nous. Vous êtes encore accroc au journal télévisé ? Essayez de passer le même temps sur Internet à fabriquer votre propre source d'information. Un peu de Google News, deux ou trois blogs bien choisis, pourquoi pas un peu de forum pour prendre la température de l'opinion. Et zou, vous voilà avec une information adaptée à vos envies, multi-sources donc plus indépendante et plus riche que ne le sera jamais le JT, quelle que soit la chaine choisie.
Mieux : produisez votre contenu. Les plateformes de blogs ne manquent pas, les forums abondent, votre témoignage, votre vision des choses est au moins aussi intéressante que celle de la rédaction de TF1. C'est UNE vision des choses.

Les élus, donc, ne comptons pas dessus. Mais alertons-les, et c'est l'objet véritable de cet article, de recueillir votre avis sur ce que les politiciens devraient, une fois au moins, entendre avant de les considérer comme définitivement indécrottables.

De sensibilité de droite ou de gauche, et même du centre, à partir du moment où l'on prend suffisamment de recul pour analyser le monde dans lequel on vit, on ne peut que se rendre compte de l'impasse de la société de consommation. Parfois, j'ai l'impression que tout le monde le sait, sauf ceux qui nous gouvernent et ceux qui décident.
Cela fait partie des choses que j'aimerais un jour écrire à nos amis les élus. Avec d'autres choses aussi, que j'aimerais rassembler dans une sorte de lettre ouverte, que je vous inviterais à envoyer vous aussi, si je parviens à trouver une formulation qui mette suffisamment de monde d'accord.

Ce serait, en quelque sorte, le dernier message d'avertissement à nos élus avant de se passer définitivement de leur aide pour retourner le monde dans le bon sens. Je vous écoute : quelles sont selon vous les prises de position politiques qui ont été faites, pour le moins que l'on puisse en dire, en dépit du bon sens ?