Hier soir, c'était cinéma. Puisque l'on ma déconseillé Les infidèles, j'ai choisi d'aller voir Sherlock Holmes qui m'intéressait également.



J'avais apprécié la première mouture du film, qui m'avait fait littéralement (re)découvrir le personnage de Sherlock Holmes, duquel je gardais une vision très policée et sage, sans doute due au dessin animé de mon enfance qui n'avait gardé (de mémoire, je n'ai pas revu un épisode depuis très longtemps) que la capacité de déduction du détective et oublié son côté sombre.
J'avais même relu un des bouquins de Conan Doyle pour vérifier que ce n'était pas le film qui sur-interprétait ce côté barré pour faire un film plus à la mode. Ce qu'il ne faut pas faire quand on n'a pas de culture...

Bref, ce deuxième volet des aventures du détective reste sur le même registre : "je vois tout, et c'est la mon problème". La caméra montrant au ralenti comment le cerveau de Sherlock Holmes analyse les moindres détails et les associe entre eux pour échafauder une hypothèse, et parfois, se tromper, aussi. Mais surtout montre comment cette particularité isole le héros du reste du monde et comment il peut se trouver seul, à peine compris et supporté par le fidèle Watson, excellent second rôle très attachant (et tout aussi barré).
Ce que le film rend très bien, c'est cette faculté qu'on a tous un peu, à différents niveaux, de focaliser notre attention sur un détail qui nous apprend plein de choses. Un tic gestuel qui masque un petit handicap physique, un trousseau de clés posé différemment de d'habitude, des traces dans la neige, de la poussière sur un meuble sauf à un endroit...
La moindre des salles d'attente, le plus insignifiant des lieux publics devient le théâtre de multiples scénarios qu'on peut échafauder en toute impunité, pour le seul plaisir de deviner ce qu'on ne sait pas.

Dans le microcosme du jeu de société, un vieux jeu récemment réédité suscite un engouement particulier ces temps-ci (et avant que le film ne sorte). Premier au top des 3 derniers mois, et au top des 12 derniers mois de Tric Trac, mis à l'honneur par Martin Vidberg dans l'actu en patates, et par d'autres éminents joueurs du web, on peut dire que le jeu à la cote...



Le principe est extrêmement simple et se rapproche des "livres dont vous êtes le héros" (si vous êtes fan de type de littérature, et geek, je vous invite à relire Mystérieuse Aphrodys, qui est de la même veine). Ce n'est donc pas complètement un jeu, ni à proprement parler de la lecture, mais une sorte de combinaison de ces deux choses là. Dix enquêtes sont proposées dans la boîtes, mais on peut d'ores et déjà trouver des extensions en ligne, et sans doute d'autres verront le jour plus tard.
Après avoir introduit l'affaire en question, et évoqué quelques pistes possibles, le jeu nous propose de choisir (en groupe, ou individuellement selon le mode de jeu choisi) quelle direction prendre. A notre disposition : le plan de la ville de Londres, les journaux qui précèdent l'affaire, un annuaire téléphonique et quelques acteurs institutionnels qui sont présents d'une enquête à l'autre : le médecin légiste, Mycroft Holmes (le frère de), l'inspecteur Lestrade, etc etc.
Chacun des protagonistes nous attend à son adresse, et il suffit de chercher dans le livret de jeu ce qu'il a à nous dire sur l'affaire. Parfois, il se contentera de botter en touche ou de vous livrer un détail insignifiant et inutile. D'autres vous enverront sur une fausse piste. Mais tous, petit à petit, vous permettront de reconstituer une partie de l'histoire et de comprendre au final ce qui a bien pu se passer ce jour-là.
Une fois que vous pensez avoir toutes les cartes en main (soit deux à trois heures plus tard !), vous confrontez votre point de vue avec celui de Holmes, qui vous explique comment en quatre fois moins de temps, il a découvert bien plus de choses que vous, à commencer par le coupable et ses mobiles.

A notre première partie, nous avons obtenu un score négatif et même pas trouvé le bon coupable (lamentable erreur judiciaire). A la seconde, 5 points (sur 200 possibles) mais avec le bon coupable. Sachant que Holmes fait toujours 100.
Bien sûr, le jeu est jetable, car une fois que les enquêtes sont terminées, plus moyen d'y rejouer avant un bon bout de temps. Mais le plaisir de la lecture et l'ambiance autour de la table font de ce jeu une vraie réussite. Incontournable si vous êtes fan de Sherlock Holmes.

Vous l'avez compris, le film, comme le jeu, sont bons, et le personnage de Sherlock Holmes indémodable. Ne passez pas à côté.