Je me rase généralement au rasoir électrique (je sens que dès la première phrase, j'aiguise votre curiosité au plus haut point, quel talent j'ai quand même !). Le mien date de mes 18 ans, mes parents me l'avaient offert à ma majorité, symbolique. Il a donc 13 ans et il marche comme au premier jour, c'est à dire mal. Mais ma pilosité étant très raisonnable (désolé pour les nombreuses lectrices de ce blog qui voyaient en moi l'ours de leur fantasme les plus inavoués, je casse le mythe), il est bien suffisant.
Il y a quelques semaines, des étincelles ont jailli d'une extrémité du cordon qui était particulièrement abimée par le repliage méthodique dans la boite d'origine de l'outil (comprendre : "tu vas rentrer dans cette foutue boite sale cordon de m€rd€ !"). N'ayant pas l'habitude de me laisser dépasser par le matériel, fut-il électroménager, j'ai jeté ledit cordon dans la poubelle, en me disant que j'en achèterais un neuf à l'occasion, ou bien un d'occasion comme neuf, même, pourquoi pas.

Quelques semaines sont passées (pendant les vacances, je ne me rase pas, par tradition et pour garder l'influx), et le jour du retour au boulot, j'ouvre la boîte du rasoir, et ... Stupeur, plus de cordon. Stupeur, parce qu'évidemment, étourdi que je suis, je ne me rappelais plus du tout de mon geste inconsidéré de l'autre fois.

Qu'à cela ne tienne, avec une présence d'esprit incroyable, et un courage qui n'a d'égal que ma ténacité, je me précipite sur le vieux poste radio des gosses, dans la salle de jeu, dans l'espoir de subtiliser son cordon d'alimentation en remplacement du mien. Et là, c'est le drame : ce n'est pas le même format. Oui, ces bêtes cordons en forme de "8", y en a deux tailles différentes. Pour le rasoir, il faut un petit "8".

Bah, il suffit alors d'en racheter un. J'y penserai la prochaine fois que je fais les courses. Les courses arrivent, je vais au rayon rasoir : rien. Au rayon électricité : rien. Au rayon boucherie : pas plus. Bref, y en a pas.
Damned, me voilà obligé d'aller dans un commerce spécialisé dans l'électroménager, au hasard : Darty. J'y suis allé ce soir, et devinez quoi : il n'y a que des gros "8" chez Darty. En tout cas, dans les rayons. Je n'ai pas eu le courage de demander à un vendeur, parce que je me voyais mal lui expliquer que, sisi, il y a très longtemps, les rasoirs avaient un fil. Les nouveaux modèles sont tous (ou presque) rechargeables, et/ou l'alimentation est déportée dans un transformateur extérieur pour alléger le produit. Tss...

J'ai plus d'une corde à mon arc, et, joie du consumérisme, il y a maintenant Internet qui permet d'assouvir les achats compulsifs les plus nostalgiques. Je trouve donc effectivement sur le net un cordon pour rasoir (en tout cas, il s'intitule comme ça, mais difficile de voir sur la photo si c'est un gros ou un petit "8").
Pour la somme modique de 4,26 euros, je peux commander mon cordon et le recevoir à domicile sans me déplacer. Enfin, 4.26 hors taxe et sans les frais de port. Tout compris, ça nous fait du... Je pose 1, je retiens 2, 10.59 euros !

Et du coup, 10 euros pour deux fils et une prise, ça me semble un peu exagéré. A ce prix là, je peux trouver un rasoir chez Lidl.

Morale de l'histoire :
Je suis fatigué, parfois, d'être inadapté à la société de consommation. Chaque fois que je dois acheter quelque chose, je suis confronté à des problèmes de ce type. Je dois être un alien. Il y a quelques années encore, j'éprouvais un certain plaisir à errer dans un magasin pour trouver le produit de mes rêves. Aujourd'hui, c'est une corvée, que dis-je : une torture !
J'ai perdu une demi-heure, à émettre du CO2 avec ma bagnole, à constater à quel point je n'ai pas envie de ce que Darty veut me vendre, à me rendre compte que la Croissance veut que je rachète un rasoir alors que l'ancien marche encore bien.

Et ça me barbe...