A moins de douze heures de mon véritable départ en vacances, alors que je suis prêt à affronter les bouchons annoncés par Bison Futé, je ne pouvais que faire un article orienté "loisirs".
Après vous avoir vanté les mérites de "La guerre des moutons", je vais aujourd'hui vous parler d'un jeu de ce même éditeur qui s'intitule Jungle Speed.

Comme son nom ne l'indique pas du tout, Jungle Speed est un jeu de cartes, avec un totem. Au niveau du matériel, c'est rudimentaire, mais efficace.
80 cartes sont disponibles dans la version de base, que l'on peut compléter avec 80 autres cartes de l'extension. Chacune de ces cartes comporte un symbole abstrait et coloré, comme ceux-ci (il y a 6 cartes sur cette image) :



Le principe du jeu est le suivant : chaque joueur reçoit un nombre de cartes égal dont il doit se débarrasser. A tour de rôle, chaque joueur retourne la carte au-dessus sa pile. Si le symbole qu'elle représente est déjà visible sur la table (dans le tas d'un autre joueur), il y a duel. Les deux joueurs concernés doivent donc attraper le totem, placé au centre de la table, le plus vite possible.
Celui qui attrape le totem donne ses cartes à l'autre. Simplissime.

Règles simples, mais un jeu de fou, de malade, de tarés, sans exagérer.
Vous le voyez ci-dessus, les symboles sont particulièrement ressemblants (et je ne vous parle même pas de l'extension, où il faut presque un double-décimètre pour visualiser les différences entre chaque carte), ce qui ne facilite pas le travail du cerveau. Un cerveau qui ne doit pas tenir compte des couleurs, sauf si la carte spéciale "couleur" est tirée.



Un cerveau qui doit retenir son propre symbole, mais aussi parcourir et mémoriser rapidement celui de tous les autres joueurs, lorsqu'il tire une carte tous en même temps (c'est une autre carte spéciale).
Je vous passe là aussi les cartes spéciales de l'extension : jouer avec la carte de votre voisin de gauche, empiler les mains sur le totem à la manière du bon vieux "kilo de merde", ...

On ne compte plus les vitres brisées, les poignets foulés, les ongles cassés, les tables ruinées, les couples détruits à cause de ce jeu.

Comme si tout cela était encore trop facile, quelques variantes simple permettent de passer le cerveau en mode syncope.
Celle qui consiste à jouer avec deux tas de cartes, chaque main étant considérée comme un joueur propre, est absolument dramatique pour les neurones. On sent littéralement le cerveau se tordre dans la boite cranienne pour savoir avec quelle main on doit choper ce satané totem. Associé à la carte spéciale "voisin de gauche" de l'extension, votre main droite se retrouve à jouer avec la carte de votre main gauche, alors que votre main gauche joue la carte de la main droite de votre voisin de gauche ! Ultime !

L'autre variante rigolote que je n'ai pas encore testée, c'est de placer le totem non plus au centre d'une table, mais dans l'herbe à 15 mètres des joueurs, ou de l'autre côté d'une piscine, par exemple. C'est plus physique, mais ça doit changer de se péter la cheville plutôt que le poignet, pour une fois...

Bref, ce jeu là, il FAUT l'avoir sur ses étagères. C'est un ordre. Courez l'acheter et ne commentez plus tant que vous ne l'avez pas !
D'ailleurs, il est dans mes bagages. C'était ça ou des slips propres.